Extraits Les pentes

la brume lisse

 

elle atténue la vue

elle ne va pas durer

 

bruine

 

« tu as le dos sec »

 

la ligne de crête

limite

à peine le ciel

les pentes

dans le gris

 

*

 

rejoindre la route

l'odeur de l'herbe

doublée d'une odeur de fruit

 

un coup de sabot dans la tôle

elle se déforme à force

 

les vaches

pour sortir

*

 

la racine

dépasse

 

descente

l'eau

tanne

 

que la cheville

tienne

le pas

 

*

 

nous parlons peu

 

l'œil absorbe

le violet des bois le soir

 

« c'est un vert trempé »

 

le torrent pousse le jour

*

 

la nuit sa couleur à venir

 

les flaques blanchissent

comme le bois sans écorce

 

la vallée

résonne

s'efface

 

moteurs chants vent souffles

 

*

 

bruit de tuiles

terre cuite

lorsque le pied soulève

la caillasse

 

vos silhouettes s'amenuisent

 

« avancez »

 

dans le buisson la lumière

passe

 

*

 

« elles se sont déplacées

non

 

elles ont bougé

non

 

erré »

 

*

 

vers l'autre

versant

 

l'arrête

passée

 

« on n'entend plus la rivière

 

les chamois arrachent l'herbe »

 

l'été

 

*

 

cette photo

 

du même lieu que les mots

 

remisée

 

ton collier brille

ressemble

à la peau d'un orvet

 

la chaleur des jours

 

*

 

le soir

ralentit les heures

 

un rythme sans suite

quelques gouttes

 

la nuit

 

« un oiseau

me volait

au visage »

 

*

 

le vent me rappelle

les feuilles retournées

les branches levées

les herbes plaquées

 

« regarde les flammes hautes »

 

dehors

 

*

 

laisse filer

roue libre

guidon lâché

le bruit de gomme

le jour

entre les branches

 

vers le lac

 

la brume

stagne

(Extraits du recueil publié dans L'Anthologie Triages 2019, éditions Tarabuste)